Lire la suite...

Subura News

L'inflation c'est admirable, les enflures sont dans le vent mais pourtant ne décollent pas de nos écrans afin de nous expliquer combien ils nous haïssent et que nous n'avons pas le droit d'en faire autant car c'est tout ce que nous méritons qui n'est pas ce que méritent ceux qui méritent bien de jouir des droits que tout un chacun mérite moins qu'eux, ce qui va de soi ne l'ignorons pas.

Éloge des ornières
L'écolo malgré lui, épris de glaise mais anti-vert-de-gris.

Le village vertical est tombé sur la tête, un paradigme en fut renversé et quelque rigolo, écolophobe des champs que n'indispose nulle contradiction, décréta que de nos jours, pour ce qui le concerne, la civilisation s'arrête où commence le goudron.

Enfin! enfin! répondant à l'appel de viscères tarabustés par le besoin de gerber, du plus loin des marches erratiques, levillagevertical.com reparaît; le narratif lourdingue trending à tout va, j'ai cru comprendre qu'il y avait un marché pour les âneries sucées et resucées plutôt mal pensées ou pesamment écrites: je ne risque donc plus de détonner, tant cela va de soi, la subtilité et moi!
Le villagevertical revient participer au concert des lancinants refrains ne se remettant pas de ce qui aurait pu advenir si les regrettables circonstances ne s'en étaient pas mêlées. Aussi, n'ayant rien à dire, fort haut il faut que je m'en vante, que je le dise et le répète et vous explique en détail que j'y pense, que j'y pense... toujours trop tard et à jamais! Sans souci je me fonds dans le biotope étonnant des plumes acariâtres grouillant des traditions chéries de la patrie adorée à la devise fièrement proclamée, 'Semper mergitur sed fluctuat jamais', mise pauvre chérie à toutes les sauces d'une gastronomie raffinée riche de concoctions, recettes, méthodes, certitudes nées de l'apaisement des papilles... qu'éparpille soudain l'air du temps qui ne souffle plus le contentement, mais sans trève le tracas et la trivialité admirables de la vie dans une démocratie avancée.

Vous êtes donc prévenus: ici rien ne pétille! Les étincelles sont proscrites et seul le feu des artifices réjouit le citoyen lambda, ci-devant badaud de sa propre existence. Ici on se morfond, on cherche ses mots, on se fait des idées qui à l'infini se remâchent, des idées arrêtées qui jamais ne démarrent; même pas du vent, des remugles.
Ici les pleutres règnent sans partage, la veulerie est la seule volonté qui vaille et pleurnicher une vertu cardinale. Ici on mange à tous les rateliers, on raffole de mettre les points sur des 'i' qui n'en peuvent mais - et de s'en laisser conter! Ici toute ambition s'éteignit, de ne rien révérer que ce qui chagrine et ternit.

Ou alors, est-ce que je confonds! tout ça c'est... chez les voisins, voyons! Ici on se plaît à se prendre les pieds dans une prose qui se mêle de vouloir rimer et si pauvrement s'y prend que je me demande s'il faut en rire ou en pleurer, ou s'armer de patience, en attendant que ça change: voici que je m'y remets; car ici rien ne bouillonne, la profondeur est interdite et au loin ne se tissent que les projets mesquins qui exaltent les pantins qui les ourdissent, autant d'étapes sur la route nationale de la servitude dans les mains grassouillettes de dégénérés que ne satisfait que le malheur de leurs compatriotes, soi-disant citoyens de cette nation de camelote tombée en pâmoison dans le giron de paltoquets, et coetera encore une fois, mais voyons donc, y'a pas d'erreur, c'est reparti pour l'éternité! Ici on ne secoue pas le joug des siècles, on se mécontente à maugréer.

Il paraît donc qu'une loi est passée, en force dit-on; encore une nouveauté au pays des paradigmes qui se fourguent à treize la douzaine et des coups en douce qui se terminent brutalement. Quelque Conseil la valida, ayant statué que les conseilleurs ne devront pas payer, autre surprise d'une immense intensité, le suspense fut insupportable! et ne pouvaient douter du résultat des courses que les hâbleurs rémunérés pour s'étonner de l'éternel train-train, à l'infini ne pas s'interroger sur ce qui fait que c'est toujours ainsi que cela finit.
Sans coup férir mais sans lésiner sur la baston la loi retraite fut décrétée et les grands stratèges qui, d'une décennie l'autre, continuent de prêcher la Grève Générale comme la tactique à tout faire, aux résultats garantis si seulement les travailleurs voulaient bien se donner la peine d'écouter les galéjades éculées, pardon! ma plume a fourché et le clavier s'en est mêlé, je voulais dire, soyez-en sûr, 'les mirobolantes perspectives' qui miroitent, qui miroitent...

Or c'est une chance pour les prometteurs ayant promis toujours plus de poudre aux yeux et d'envôutants fumets, toujours les mêmes tactiques et la sempiternelle théorie du fait accompli qui tout seul s'entérine car rien n'existe en ces parages que pour se vendre à vil prix! une bénédiction pour eux, disais-je dis donc, que la France ne soit pas le Japon, car s'ils étaient nippons, pour sauver la face, seppuku ils devraient se faire et nous ficher la paix avec leurs recettes d'un autre âge, les mille et une méthodes certifiées aboutissant au flop! qui réjouit d'avance les leaders inspirés de la résistance populaire assurée d'échouer à tous les coups, mais que l'on aime rabâcher au citoyen charmé par une telle faconde mise au service de lui bourrer le mou.

Chercher à comprendre, ici, n'effleure personne et surtout pas moi car, comme les copains, je sais tout d'avance et claironne à la cantonade la vérité infuse qui suinte des horizons bornés de cette nation entichée de platitude. À pic cela tombe que l'accent plat du moment, le macron en titre désigné par un électorat résigné à toutes les déconfitures, nous arrive des mornes plaines des Hauts de France pour se répandre à Paname dans le marais qui exsude les hymnes lancinants qui rythment sans répit l'asservissement qui nous est promis au nom des grands principes auxquels on fait dire ce que journaliste aime répéter et la force publique faire respecter suivant les modalités convenues, autrement dit ce qui passe aux uns et aux autres par la tête ou par les poches... cependant que toujours les mêmes représentants vont légiférant, décrétant, statuant afin de tracer entre gens choisis pour leur amour de la clarté les contours exquis qui sont prescrits à la citoyenneté par les cognes et leurs maîtres, les fines mouches à la main leste.

Mais qu'a-t-il donc voulu dire? se demandait-il, interloqué à tant de venin visant la crème du fretin!
Au suivant: M... à Marianne