Article Index

Oyez! Oyez! braves gens avides de décrets

Le Conseil de l'Ordre des Faussaires a décidé de transférer son siège social à Amiens et charge l'Académie Franco-Germaine de corriger l'usage pour que l'on n'appelle plus les Authentiques Patriotes des 'Versaillais' mais les 'Amiénois' afin de célébrer la naissance dans les murs de la Préfecture de la Somme du nouveau Pépère Fondateur qui livrera la France éternelle à l'ami Teuton, à point saucissonée, prête à être expédiée à New York pour y faire les cuivres de la statue de la Liberté.
Le Conseil organisera un festival annuel, le 21 décembre, jour anniversaire du nouveau phare des valeurs républicaines et début du printemps par arrêté munificent. Amiens Métropole deviendra Amiens Cathédrale où seront couronnés les monarques élus par le divin pour nous guider à la cravache vers leur mièvre destin. Le Cimetière qui se visitera aux heures habituelles se voit déjà détourner vers les Hauts de France les fleuves de pélerins coutumiers de Colombey, de la source vers l'étiage, pour rentabiliser les festivités.

Une rumeur infâme

C'est un scandale que le Fake News Network est heureux de mettre en lumière par ces temps troublés, une rumeur infâme propagée par d'innommables individus prétend qu'avec le Traité de Lisbonne de 2009 les féodalités nationales ont vendu leur pays à l'Allemagne.
Ce que deux guerres mondiales n'avaient pu faire, soixante ans de Ve république l'ont accompli sans coup férir. Moyennant la possibilité de continuer de pressurer le cheptel à leur disposition les grands patriotes institués acceptent de suivre les normes fixées à Washington et Berlin pour optimiser l'oppression.
Nos représentants, ayant délibéré, ont convenu que la collaboration avait du bon puisqu'ils ont permission de s'y vautrer.
Vive la république, vive la France, circulez!

Le grand débat des sourds-muets

À voir le larbin local des esclavagistes de la finance internationale s'exclamer sur Twitter, 'Ça c'est de la politique!', exalté d'avoir mouillé la chemise devant une assistance médusée par sa prestation, à voir cet aboutissement de combien de siècles? de démocratie avancée s'extasier tout seul du charisme de son élocution, à voir un mauvais acteur s'applaudir d'avoir interprété à la perfection une minable mise en scène, je ne me demande plus s'il faut rire ou pleurer devoir à jamais subir la gouvernance de moutons acharnés à prouver leur domesticité, à dominer le monde comme l'exigent leurs employeurs, du haut de leur médiocité.
Ni gémissements, ni esclaffades, je prends acte: Berlusconi s'est réincarné, il n'est plus entrepreneur mais un autre employé qui chemine où on l'envoie et spécialement formé à ne pas friser le ridicule dès qu'il ouvre son clapet.
Raté! Passé Vintimille Il Cavaliere se transmue en sa monture, canasson fier de sa dégaine d'âne bâté.
Mais une lueur au loin nous laisse peut-être pressentir la sortie du tunnel; le temps mythique ou impossible n'était pas françois se préparerait-il à nous revenir?
Pouvait-on imaginer plus vulgaire que Donald Trump, cet arriviste New Yorkais, nouveau caudillo de l'Outfit de Chicago-sur-Potomac? Nos élites Gallo-Franques ont fait mieux que relever le défi, à l'Élyzée qui ont-elles dépêché? Ken et Barbie, il fallait y penser.

Phobies

Je me demande... suis-je le seul, parfois dans ma tête, à faire des listes de toutes les vermines dont la disparition donnerait à mes méditations une tournure moins maligne?
D'abord les notaires parce qu'ils riment avec grimoire et moisissure, leur expertise étant de permettre aux pustules de proliférer. Ensuite les médecins et les spécialistes des diverses manières de métastaser ce qui purule, experts l'emportant d'une très courte tête sur les généralistes rabatteurs de gibier, tout aussi coupables, mais moins protégés. Pharmaciens et dentistes leur emboîtant le pas avec convoitise, suivis de près par infirmières et kinés.
Il ne me viendrait pas à l'idée d'omettre de mes énumérations, dans leurs labos, biologistes et banquiers nous préparant sans trêve les lendemains qui font déchanter... Diable! je n'ai encore rien dit des fonctionnaires et des politiciens, des économistes et des statisticiens, des syndicats saumâtres et des guildes esclavagistes, assureurs et garagistes... les lignes manquent à mon tableur, et les colonnes, pour détailler ce que leur réserve ma rancoeur.
Et les professeurs! S'ils pensent à si bon compte s'en tirer... ingénieurs et journalistes, militaires et pacifistes, non mais!

La tendre tutelle d'El Màcro

Qu'en pensez-vous? Avec les immenses progrès accomplis depuis au moins six décennies dans des domaines trop nombreux pour être dénombrés, la vie dans ce pays est-elle devenue toujours plus intolérable, ou c'est juste moi... l'âge, les neurones qui se barrent, les jours enfuis qui reviennent à la charge pour s'entendre raconter qu'il va falloir repasser quand les réserves d'existence vivable se seront étoffées, grâce aux marchés qui sont là pour ça puisqu'il y a de la demande... à moins qu'il n'y en ait pas... auquel cas pour sûr c'était bien moi!
Mais si pourtant, à part moi et quelques autres dont l'avis ne compte qu'épisodiquement quand il s'agit de désigner le gagnant parmi les instituts de sondage qui se disputent nos faveurs le temps de nous faire croire que cela suffit à leur bonheur et que le nôtre compte ô combien davantage! si... peut-être, si... au fond, si... qui sait? Si ce n'était pas nous ce pourrait bien en être d'autres... pourrait, disais-je... devrait pour sûr, par force! à laquelle il faut bien céder puisque c'est la tradition des vrais patriotes au pays où Newton n'est pas né.

@jattali

Un tweet de Jacques Attali nous informe que 'le mot « peuple » peut désigner la totalité des habitants d’un pays, ou en exclure les riches et les puissants. La 2ème définition conduit toujours au pire: tous les enfants du peuple tout entier doivent pouvoir accéder à toutes les responsabilités'.
Ma définition du peuple: c'est l'ensemble de ceux qui revendiquent en faire partie, y compris les riches et les puissants, mais pas les populistes, ça tombe sous le sens, même s'ils s'en vantent, car 'tous les enfants du peuple tout entier' se doit d'exclure les rejetons ne pouvant se targuer que d'un 'papa-maman' particulier.

Jacques Attali, comme tout grand esprit pense à contre-courant et dans d'autres tweets reproche à la république non pas ce qu'elle fait aujourd'hui mais l'accueil réservé aux migrants d'antan, ces pauvres républicains espagnols accablés par l'indifférence républicaine d'un autre avant-guerre dédié, quelle honte! quelle barbarie! aux chuchotements des antichambres et au bruissement des chancelleries.
Ces sombres victimes d'un passé odieux se voient sur le tard parées d'une patine que le temps seul peut donner à la rugosité d'un malheur, trop jeune encore à l'époque où il faisait ses victimes, pour que l'on sût s'il pourrait un jour servir à camoufler d'autres malheurs, d'autres victimes bien trop fraîches pour que l'on daigne aujourd'hui s'en approcher.

So much for the sounds of some silences... lest they don't suffice to shutter the silence greeting some sounds too juvenile to be heard overnight nowadays! Far from the madding crowd let's listen to our worthy selves and other upmarket souls. Shall we take advantage of a silent exhibition to enjoy the well-bred whispers of the happy few?

Don Macrone, el Macronini

Suite au soutien de Macronini au coup d'état US contre le Vénézuela la Startup Nation devrait admettre qu'elle a privatisé la république pour le plus grand bien de 'Heist International', évolution d'une forme ancienne de la diplomatie du siècle dernier, le 'Holdup à l'Américaine'.

L'écho de la mode

Les canons de la mode évoluent avec les temps et les collections printemps-été bouderont le jaune en faveur du bleu métallisé, avec tenue de campagne, casque et bouclier. Les petites-mains des Grands Couturiers brandiront la matraque à protéger les nobles idéaux des véritables démocrates de grains intempestifs que leur gestion avisée des affaires publiques ne peut s'empêcher d'égréner à un rythme qui ne ralentit jamais.
La Haute Couture délaissera aussi le rouge et le blanc où elle ne voit que des reflets vulgaires qui s'accordent mal avec les veloutés profonds du bleu gendarme aux nuances tout de finesse et de subtilité.

Ils ont une de ces veines ces Gilets Jaunes!

Que feraient-ils sans le porte-voix du gouvernement qui met dans le même sac ceux 'qui appellent à la violence' et ceux 'qui ne la condamnent pas'.
Que tous ceux qui ne disent rien pour leurs propres raisons se le tiennent pour dit: qu'ils appellent à la violence ou qu'ils se taisent ils seront traités à l'identique... et je viens de m'apercevoir, après y avoir mûrement réfléchi pendant une nano seconde, que ça fait longtemps déjà que c'est ce qu'il se passe dans le plus beau pays du monde.
Moralité: que je la boucle ou pas c'est toujours les mêmes que ça ne gênera pas.

Grand débat avec le fantôme d'Idi Amin Dada

Comment? Vous n'étiez pas au courant? Personne ne vous l'a dit! C'est au moins un peu étrange que vous l'ignoriez, pour ne pas dire suspect. Vous devriez vérifier si vous consultez les bonnes sources, c'est quand même bizarre que vous ne le sachiez pas: J'ai-tou-jours-rai-son.
Et si votre jugeote n'est pas au fait d'une aussi simple évidence comment comprendrait-elle que l'ignorance n'est pas un argument? Vous ne pouvez contester que vous venez de vous faire prendre en flagrant délit de déraison et devrez en subir les conséquences.

Citoyen λ

Le grand avantage du modèle français, l'indéniable amélioration gauloise des protocoles de contrôle social, c'est de permettre d'enfermer la population, de son vivant, dans les catacombes que lui mitonnent les élites raffinées qui la conduisent d'un pas conquérant sur les sentiers de leur gloire émérite.
Pendant que d'une main leste elles lui font les poches elles entonnent leur mantra de l'évidence qui veut qu'il en faut toujours plus là où il y en a déjà trop et, la vie étant cruelle pour des raisons à ne pas chercher, il faut donc en soustraire où l'on n'en ajoute pas, ce qui tombe sous le sens des proportions démesuré et peu porté à partager des nouveaux pharaons bien français qui construisent leurs pyramides sous terre pour qu'on les soupçonne moins de vouloir nous miner.

Restons dans le vague, j'aime tant la délicatesse!

Ce que j'apprécie particulièrement c'est la noble idée de la liberté d'expression que se font les thuriféraires, nombreux au sein des media, de l'objectivité terminale de leur conception des débats: tu penses comme moi ou tu la boucles. Comme j'ai aussi quelque divergence sur ce qu'ils appellent 'penser', je n'ai donc rien à leur objecter qu'ils n'aient déjà examiné de près pour en conclure avec raison que ça ne les concernait pas et que leur compréhension des choses primait par principe, puisque de principes ils débordent avec une grande générosité.
Contrairement à ces âmes raffinées fréquentant les salons du radotage de riche lignée, et avec toutes les nuances qui savent s'imposer, je suis d'avis que la misère justifie la violence. Pas n'importe laquelle et surtout pas celle qui s'abat sur les pauvres pour que les bâfreurs puissent continuer de se goinfrer. Je crois que les freluquettes et les freluquets qui bombent le torse en se réclamant de leur catéchisme de niais, je crois que ce sont des traîtres et qu'ils devront payer.
Le problème avec ces gens-là c'est que, à les en croire, la France se serait entichée de leur personne, leur légitimité en découlant comme de source claire...
Aussi transparente que les manoeuvres de l'OSS/CIA depuis la deuxième guerre mondiale pour façonner les institutions européennes, dont maints syndicats, sur le modèle convenant le mieux au patronat; aussi limpide que les excellentes raisons éminemment éthiques qui font que la crème des ploutocrates occupe une place usurpée au coeur du système de protection des salariés contre le chômage; aussi pure que tous les codicilles et petits arrangements de bas de page qui font les délices des services publics qui nous encadrent pour notre bien et nous soignent pour le leur.
Aussi crédible que les certitudes dont nous intoxique la suprême autorité d'un gang de fils et filles à papa relookés à grands frais pour de piètres résultats.
Semper ENA.

Les Grands Des Bâts

Sans rire, c'est vraiment légal d'être à ce point bouché? C'est que... je ne voudrais pas enfreindre la loi malgré moi, mais j'ai un mal fou à comprendre comment la crème de la nation peut nous débiter tant de ronflantes âneries sur l'état des carrières et des économies, de son petit chez-soi, et persister à croire qu'on va continuer d'avaler sa start-up nation qui si creux! sonne, d'être sans trève à la ronde ânonnée, pour convaincre le bouseux des raisons quintessentielles faisant d'elle son guide prédestiné.
J'ai vraiment du mal, et je me demande si je ne serais pas aussi bouché que tous ces citoyens d'élite... ce qui est rassurant, car s'ils sont aussi bouchés que je le crois, et que c'est légal, c'est donc que plus c'est bouché mieux cela s'accorde à la loi et je suis donc sauvé, car on ne fait pas plus bouché que moi.
Et vraiment, il faut que je le martelle, je ne les comprends pas.
Ou trop bien. Quand je vois l'harpagonnerie de notre chancelier de l'échiquier il n'y a vraiment pas à se demander plus loin de quoi sont faites nos élites. Et comment ne pas trouver, à certain club de randonneurs, des déhanchement d'oiseaux aquatiques, ni bernache, ni canard, mais qui cacardent, qui cacardent... et que se dandinent, intrépides, les gandins qui hardiment défilent!
Le regard fixé sur l'étincelante vérité émise par leur Trumpinet.


Contre les complots ignobles qui menacent les Yvelines, la police politique dans les couloirs de l'assemblée

Aurore Bergé, député des Yvelines va dénoncer à la justice 'des propos de cadres de 'La France Insoumise' incitant à la violence. Ils “souhaitaient que nous tremblions, nous élus de la République dans notre chair”.
Le souhaitaient-ils pour que, vous élus, soyiez mieux à même de comprendre vos administrés, qui chaque jour dans leur chair voient s'approfondir les marques laissées par vos politiques prédatrices? Ou peut-être aussi pour qu’ils puissent deviner en vous un reliquat d'humanité qui finit de s'étioler dans la lumière malfaisante d'un pouvoir corrompu, d'une constitution de vampires, d'institutions peuplées de sangsues?
Ce n'était nulle part écrit et donc je ne l'ai ni lu ni appris; mais pour Aurore Bergé ‘Il y a pire que celui qui menace, que celui qui tabasse, que celui qui intimide, il y a ceux qui arment les esprits pour légitimer ces violences dans notre pays”... la logique de la délation à la mode LREM veut donc que ceux qui arment les esprits pour légitimer la violence ne sont pas ceux qui affirment que menaces, tabassages et intimidations, administrés par qui l'on préfère sur qui l'a bien mérité, ne sont rien, et ceux qui sont par principe et par définition convaincu d'avoir raison ne peuvent donc avoir tort et personne une seconde ne saurait soupçonner quiconque de légitimer par de telles paroles la violence qui les sert, les menaces, tabassages et intimidations de l'état et de ses sbires depuis des siècles sur la plèbe taillable et corvéable comme il sied à ceux qui siègent, contre la violence qui abuse et qui n'est pas bien élevée, celle qui morfle pendant que Mme la Marquise se prend les pieds dans ses envolées.

Les Français... soit sont antisémites, soit n'aiment pas les banquiers

C'est à se demander si les Français... soit sont antisémites, soit n'aiment pas les banquiers, ou si c'est une coïncidence que Mai 68 ait explosé après six années d'un premier ministre qui, comme l'actuel président, nous venait en droite ligne de la banque Rotschild, celui-ci nous gratifiant du mouvement des Gilets Jaunes, comme Georges Pompidou avait fait éclore les émeutes étudiantes et une grève générale.
En 'droite ligne', manière de parler, je ne suis pas allé y regarder de près, surtout que, même vu de loin ça sentait déjà le renfermé, et si ça empeste autant ces derniers temps ce doit être que la boucle est bouclée, toute aération a été condamnée et la France officielle ne sait plus que puer et contaminer. Elle n'a pas à se forcer, ça lui vient naturellement, un penchant prononcé pour la crapulerie sans envergure exaltée par la rhétorique des porte-voix dépêchés par les éminences grises, des patriotes de première! qui débordent d'amour pour la planète et ses habitants.
Pas tous bien sûr, il ne faut pas exagérer avec l'universalisme!
Ce qui nous permet d'évoquer une dernière hypothèse. Les banquiers aiment beaucoup la France et beaucoup moins les Français, mais pas tous une fois encore et ils chérissent quand même certains Français. Le banquier, dont c'est le mêtier, sait calculer ses intérêts, qui pourrait le lui reprocher? Certainement pas ces Français qui ont compris que le leur était de ne pas l'aimer!

Sur le web profond

Sur le web profond j'ai trouvé cet entrefilet sans distinction, oeuvre probable d'un lexicographe dérangé, préconisant pour désigner le présidant l'utilisation de Jupy, de préférence à Jupitounet, certes rigolo et méridional à souhait mais trop affectueux suivant ce Taliban des appellations non contrôlées, qui donne cependant les raisons de son choix.
Jupy évoque pour lui un personnage de La Recherche du Temps Perdu, Jupien et surtout son patron, un certain Baron de la haute société de l'époque, exemple de la grande moralité que favorisent les privilèges. De Charlus au Baron voleur détrousseur des vieux, des pauvres et pourvoyeur de friandises aux matamores disruptés dépositaires de la sagesse de la nation, le phonologiste dévoyé dont j'ai recueilli avec dégoût les éructations perçoit une continuité qui ne le laisse pas indifférent et dont il va jusqu'à vanter le potentiel pour la commercialisation d'une ligne de produits et d'équipements sanitaires réservés à l'élite méritocratique: Jupy, le gel WC des gens de goût; Jupy, la cuvette racée pour trains aristocratiques...
Le genre d'absurdités auxquelles il faut s'attendre quand l'anarchie de réseaux suspects s'affranchit des barrières garantes de la hauteur des points de vue dispensés par des institutions irréprochables méritant un respect d'une altitude équivalente. Cerise sur le brouet, ce phonéticien au vocabulaire patibulaire prétend enfin que 'Jupy' ferait tout aussi bien l'affaire pour baptiser son chien ou son cochon d'Inde.
Rien que ça!

Tactique et stratégie de l'amorçage de la pompe à fric

La #StratégiePauvreté (création 'assistants médicaux') commence comme l'on pouvait s'y attendre par s'attaquer à la tâche absolument urgente de soulager les médecins, les pauvres! qui en ont tant besoin, en inventant un nouveau mêtier bidon qui transformera la donne. Pour donner l'impression de faire quelque chose n'importe quoi est fait dont la logique est imparable.
Le patient, A, étant stupide et la toubiberie, B, un puits de science dont l'eau limpide reflète la pureté des pratiques et des intentions, l'espace séparant B de A exige à l'évidence l'érection d'une barrière pour raisons sécuritaires par l'insertion de C pour que A ne se noie pas dans B. Une isolation à base de chômeurs menacés de Pôle Emploi, impatients d'être dépêchés où ils pourront eux aussi extraire la santé qu'il reste aux carcasses qu'on leur prête et en absorber les humeurs mauvaises que pourrait nourrir à l'égard de B ou D, qu'il reste à qualifier (et C mais c'est pour ça qu'on les paiera, qu'on me pardonne de le rappeler), que pourrait nourrir A dont il faut retenir la stupidité, sur laquelle on ne reviendra pas.
Pas plus qu'il ne sera tenu compte des délires de persécution d'improbables victimes dont les journaux ne disent rien puisqu'elles n'existent pas et que les media ne peuvent donc leur expliquer que la date de péremption de la république peut être prorogée indéfiniment, car 'impossible' n'est pas français et 'putréfié' complètement à l'aise dans l'espace européen.
Pour conclure avec la rigueur souhaitée cette évaluation désintéressée des raisons probables de la stratégie gouvernementale je m'en tiendrai aux principes mathématiques les moins discutables. Puisque AxB=C il est inévitable que SS(Sécurité Sociale)xSS(Stratégie Santé)=Nazi Squared, ou (théorème de Charade) AB+EM=0, dont le calcul déférentiel préfèrera affirmer que ABxEM=-∞, ce qui ouvre de #NouvellesPerspectives sur la France de l'ignominie illimitée dont la perspective est aussi neuve que les bonnes intentions dont s'abreuvent dans la joie les bénéficiaires de si altières attentions.

Fiat Lux

Que dire de notre ministre en charge de la solidarité (avec qui?), de la santé (pas la mienne!) qui se pavane, qui roucoule, dont gonfle le jabot enflé d'une ferveur soudaine à s'occuper des petits bénéfices qui récompenseront les actes valeureux des fiers guerriers affrontant la pauvreté, des autres, impétueusement, et du jabot gonflant, et roucoulant, se pavanant, perfectionnant les ronds de jambe... pendant que sa clique de confrères et d'employés, administrateurs féroces et spécialistes affutés tiennent des centaines de milliers de patients dans leurs sales pognes, dans le purgatoire de haine et de mépris que nos ministres et leurs parrains réservent aux citoyens de ce pays pris dans les filets de leur dégueulasserie, de leur répugnante solidarité, de leur infecte sympathie?!
Or les temps modernes 2.0, entichés qu'ils sont de propices abstractions dont la légèreté conceptuelle se marie à merveille avec une ferme absence d'imagination, ces temps que nous vivons exigent que soit précisée l'appréciation qui est la mienne de tant d'expertes prestations. Pour mettre donc sur les i le point qu'il leur manque à mon avis, par souci d'être compris, de madame la twiteuse escortée de ses mignons qui depuis un quart de siècle me tiennent sous le joug de leurs méthodes féodales et de leur fascisme sans façons, de madame la ministre que je connais comme l'on connait ses saints, de moins loin que l'on ne souhaite, d'Agnès Buzyn je hais les puantes tripes de bourgeoise satisfaite m'infligeant ses privilèges avec la morgue qui va de pair itou avec le mépris qu'elle inspire et que sans façon j'étends à la république qui l'emploie, alliance fétide de notaires et de sbires.

Marchons

Agnes Buzyn a reçu l'ordre d'attaquer la pauvreté de toutes les manières qu'il se puisse imaginer quand on n'a que ça à faire et qu'on sait se ménager, de toutes les façons sauf de celles demandant trop de numéraire
Les paris sont ouverts: les redéploiements coûteront-ils toujours autant, ou davantage? Sauront-ils repousser au panthéon du gaspillage l'assaut d'idées en berne impatientes de triompher? Médiocrité, cupidité, bêtise promettent férocement de résister.
Gageons en outre qu'au terme d'un combat douteux dont depuis la nuit des temps l'issue ne fait plus le moindre doute, le gaspillage ayant été optimisé à la satisfaction des optimistes, la pauvreté sans coup férir l'emportera sur la dynamique ministérielle qui se désolera une fois de plus que la vie soit si cruelle.
Qu'emporte le vent les sanglots monotones des cas désespérés que consoleront les millions que les pauvres n'auraient pas su utiliser pour multiplier la pauvreté comme les riches savent le faire.
Ce qui prouve bien qu'il faut manger les riches pour optimiser cette fois-ci l'utilisation de l'adiposité.

Promotion

Sur Invalide dont les paramètres vitaux doivent être contenus dans la fourchette des valeurs admissibles par qui désire faire durer le déplaisir de vivre en France. Profitez des soldes de fin de saison. Pour prix de ma participation seulement 30% de commission à me reverser en espèces sur les sommes remboursées! Tarif valable dans la limite des stocks disponibles d'handicapés dont il faut intensifier la dépendance.

Le présidant communique à la nation

Un nouveau TLD remplacera à l'avenir le .fr; la valorisation optimale de la marque France conseillée par les consultants ayant été consultés pour être bien en cour à l'Élysée, après un brain-storming aux remarquables retombées financières pour les conseillers ayant soumissionné le montant des ristournes à retourner le plus possible sans fâcheuses retombées, appelle à un renversement paradigmatique de .fr (pour French Republic évidemment) en .rf que seuls les gens sans imagination équivaudront à République Française alors qu'un déchaînement de créativité disruptive a su aller au coeur de ce qu'est réellement l'inspiration de notre fière nation et des institutions qu'elle s'est créées, Racket France, marque Déposée par Déposeurs chez Dépositaires, le DDD remplaçant désormais, en France à tout le moins, le WWW de ces maudits Anglais. Le .gouv, en voie d'être de même relooké, est l'enjeu d'âpres négociations à l'échelon international le plus élevé, mais devrait sous peu céder la place au .beuark plus apprécié des élites locales qui ne saisissent pas toutes les subtilités du .scrouiou proposé par les anglophones.

Dernière minute: le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel Numérique et du Numéraire des Sbires Associés précise que ce sera en fait le BBB qui remplacera le WWW et pas le DDD. BBB bien sûr pour Bêtise, Bassesse et Boursouflures, inutile de le préciser.

Danger Populisme

À en entendre parler ici et là on croirait vraiment que c'est une maladie honteuse dont l'élite est par définition miraculeusement préservée, mais s'acharne sur le peuple comme la misère sa cousine qui épargne inexplicablement les riches. Faut-il se demander... Et pourquoi... Et comment... Mais non, mais non!
De fait le populiste ne se demande rien et c'est bien ce qu'on lui reproche: ne pas avoir constamment besoin qu'on lui fasse un dessin pour avoir à demeure une idée de ce qu'il contemple à longueur de journée, ce que le journalisme appelle 'préjugé'. À la différence du comprenoir proactif des élites éclairées grâce à qui la Francie éblouit le Monde et les Franciens par des performances dépassant par principe depuis toujours toutes les prévisions, particulièrement quand il s'agit de revoir à la hausse les couleuvres de Paname et à la baisse les résultats de leur gestion avisée confrontée à une concurrence impitoyable qui n'est pas de leur fait, dont elles sont innocentes, qui vient avec l'humanité, dont il est vain tenter se défaire car ce n'est pas conseillé... par les philosophes... par l'académie... par la police et la gendarmerie et les conseilleurs de tout ordre dont après appel d'offres d'une transparente limpidité, l'avis rémunéré est que c'est à déconseiller.
Diantre!

Absurde!

S'il n'est plus à prouver que nos aïeux n'étaient pas aussi uniformément Gaulois que le voulait certaine habitude de pensée, il serait temps quand même que l'on reconnaisse que les ancêtres de nos actuels maîtres étaient Francs, venus d'outre-Rhin, salauds d'immigrants. Francs, complètement. Ce que l'on observe sans peine chez leurs descendants qui se font appeler "Nos élus" par les électeurs, "vos représentants" par les journalistes et "leurs" parlementaires par les étrangers. Nos, Vos, Leurs par tout le monde en somme!"