Article Index

Une Trame qui s'Étoffe

Populisme, Antisionisme, Antisémitisme, Fascisme... j'oubliais, Complotisme! Mets de l'huile disait l'autre.

Enfer et damnation! voilà que je me découvre un trait commun avec notre ministre de la 'santé', Madame Agnès Buzyn qui, sur les ondes imprécises de la virtualité, et je ne sais donc ni où ni quand, mais du haut de son évidente légitimité de bourgeoise bien en cour où les courtisans se doivent de l'être, trouvait à Monsieur Mélenchon je ne sais quelle tare impardonnable nourrie d'alliances insupportables avec des moins que rien, antisémites débridés de honteuse renommée. Suivez mon regard vers quelque lieu politique mal fâmé... de l'avis recommandé de Madame l'exécutrice des hautes-œuvres de Macronescu son patron.
Ce pauvre Mélenchon, tout le monde lui en veut: la bonne société qui ne le trouve pas à la hauteur de son excellence et lui en veut de désirer s'infiltrer dans son hâvre de vertu qu'émerveille le bavardage choisi des milieux splendides. Et la mauvaise en ma personne qui deviens objectivement complice de l'acharnement des hautes sphères contre la France Indisposée, lui reprochant pour ma part d'autres alliances, d'autres collaborations un peu trop suspectes pour que je puisse me fier à la validité de ses protestations de défense intransigeante des intérêts populaires.
Complice! Un cauchemar supplémentaire pour une conscience inquiète d'une aussi odieuse parenté avec l'actuelle ordonnatrice de la France en 'townships' thérapeutiques à la mode de l'Afrique Australe d'il n'y a pas si longtemps, quand une pigmentation de la mauvaise nuance menait automatiquement à une forme ou une autre d'enfermement, comme être malade en France qualifie pour devenir cobaye à plein temps, gibier choisi pour la consommation des détenteurs d'une moralité inébranlable aux pratiques défiant le soupçon.
Comme d'habitude.
Sans mentionner les sombres ramifications d'affiliations aussi sordides... ces histoires de famille qui ouvrent de sombres perspectives à mes espoirs de rédemption... il y a deux ans, imaginez jusqu'où peut sombrer une perdition, pendant les élections présidentielles qui virent le phénix des hôtes de ces bois accèder aux commandes suprêmes de la nation germano-panaméenne, j'avais entendu une conseillère de Fillon dire de Mélenchon et son parti, 'ces gens-là ne sont pas très fréquentables'; surtout comparés à cette crème de la francité pour qui elle travaillait!
Vous comprenez mon émoi: une rombière dans ma généalogie ne suffisait pas; je m'accuse maintenant d'être acoquiné avec la conscience raffinée d'un autre spécimen d'élite de la France d'en haut qui veille dans ses guérites au danger populiste qui menace les guérets.
Mais une pensée soudain vient me réconforter qui me sussure sans façon que si ces dames trouvent la France Indisposée infréquentable c'est soit qu'elles m'ont déjà relégué sans mot dire aux marges livides où fermente la barbarie qui vient, ou qu'elles ne me connaissent pas et ne savent pas, les pauvres, ce qu'infréquentable veut dire; ce que sait Mélenchon qui ne me fréquente pas: on ne va pas se commettre comme ça avec le premier individu venu pour qui le dédain des dondons est porteur d'honorabilité et leur haine l'étalon d'or de la fréquentabilité.

Mais revenons-en à mes comparaisons historico-bronzées à propos de l'œuvre délétère d'une personnalité au-delà de toute suspicion.
Cela tombe bien que notre ministre soit qui elle est car je vais pouvoir avec volupté mettre dans le plat des godillots mal élevés, ma ministre détestée étant, s'il faut en croire Wikipedia, non seulement médecin, ce qui suffit amplement à mon entendement limité pour garantir que ma détestation est faite pour durer et resplendit de tous les feux de la légitimité que le dit petit esprit s'accorde à lui-même, proportionnellement à sa petitesse mais inversement, car moins on sait et plus on prétend. Donc que Madame Buzyn fasse ou non partie de la communauté Juive m'indifférait monumentalement, tout antisémite que je sois aux dires de certain débile mental qui fut chef de gouvernement, mais j'aurais pu mettre à son crédit d'avoir un lien familial avec l'INSERM, que je me garderai de révérer mais qui avait adopté une position moins pourrie que d'autres institutions dans une affaire mettant en jeu le principe de précaution dont j'ai oublié le détail en raison de la tragique inefficacité des oppositions de principe se satisfaisant de laisser libre cours à une intransigeante moralité et aux venins pseudo-scientifiques d'irriguer le vivant et mes neurones faméliques.
En sa faveur aurait également pu jouer d'avoir été la belle-fille de feu Simone Veil, qui fut elle aussi ministre de la santé et à qui j'avais écrit, à l'époque où débutait ma carrière d'invalide. Connaissant son origine et sa déportation, je lui avais poliment demandé quelle route suivre pour sortir du ghetto où elle avait ses entrées. J'avais eu droit à une réaction indirecte de sa part qui ne changea rien à rien comme il n'est pas difficile de s'en douter, mais au moins il y avait eu signe de vie, la preuve que sémite ou pas cette ministre-là n'était pas un crocodile extra-galactique. Ce qu'il me semble plus difficile d'établir concernant son ex-bru qui fait partie d'un gouvernement qui voudrait nous persuader que le seul crime des Nazis fut l'élimination des Juifs et que la protection de la descendance des survivants doit être le seul souci des seuls vrais Français dont la survie importe et dont je ne suis pas, car antisémite puisqu'antisioniste: CQFD-AGDG, Trouduc le Grave étant par là passé!
Grattons donc quelque ministre de la santé qui n'était pas médecin et nous trouvons une déportée dont je pourrais peut-être commencer de mettre en doute la pureté des intentions du fait de son appartenance à un gouvernement de la Ve République et pour aucune autre raison qu'il m'importe de considérer. Mais grattons la belle-fille tout imbue de souffrances qu'elle n'a pas endurées directement et qui veut me dicter ce que j'ai à penser de la douleur du monde. Sans plaisanter? Monsieur Blanquer m'enseignera-t-il l'ortografe? Madame Schiappa la distinction?
La représentante en poste d'intérêts industriels et financiers qui au sortir de la deuxième guerre mondiale ont traité mes parents avec le mépris et l'indifférence que je n'ai aucune peine à imaginer, l'ayant constaté à mes dépens maintes fois depuis; l'émissaire fraîchement émoulue de six décennies de ces 'Gens-là' qui ont empoisonné ma mère et ses enfants, la frivole employée aux pétillantes motivations d'un état qui pendant quarante ans a laissé s'abattre la cupidité sans voile sur des millions d'existences, et ne se lasse pas de se vautrer, voici qui va m'enseigner la morale dorénavant?!! La honte de nos jours est une denrée tout à fait rare dont les ministères sont encore plus à court que de financement.
Mais à nos moutons derechef retournons. Grattez donc celle-là et sans faire le moindre détour par la case ethnique qu'il faut bien mentionner puisque l'air du temps voudrait que je me mette à ânonner que, l'antisémitisme étant le péché mortel que n'est pas la condamnation de millions de personnes aux camps de la mort lente de la misère, de la maladie et de l'isolement, l'antisémitisme étant un danger à nul autre pareil, pour lutter efficacement contre une telle pestilence on ajoutera aux troupes de la peste brune tous les dévoyés d'un antisionisme criminel qu'en sa pâte quelque coquelet à choisi comme cible de sa vindicte pour faire la démonstration de ses capacités épiques à se ridiculiser; grattez donc ici et l'arriviste est là!

Absurde!

S'il n'est plus à prouver que nos aïeux n'étaient pas aussi uniformément Gaulois que le voulait certaine habitude de pensée, il serait temps quand même que l'on reconnaisse que les ancêtres de nos actuels maîtres étaient Francs, venus d'outre-Rhin, salauds d'immigrants. Francs, complètement. Ce que l'on observe sans peine chez leurs descendants qui se font appeler "Nos élus" par les électeurs, "vos représentants" par les journalistes et "leurs" parlementaires par les étrangers. Nos, Vos, Leurs par tout le monde en somme!"