J'ai un message à l'intention d'un Gilet Jaune, Jérome Rodriguez, interviewé par je ne sais qui sur YouTube à propos du tweet d'un hurluberlu. Jérome, né en 1979, se plaignait d'appartenir à 'la génération sacrifiée' qui fut exposée à toutes sortes de pollutions perverses: bisphénol A dans ses biberons, fluor dans l'eau, retombées de Tchernobyl en 1986... avec raison. Les tarés qui nous guident nous réservent en général le casse-pipe comme destination obligée tandis qu'ils s'enivrent de leur supériorité.
Mais sans être moi-même le moindrement écologiste, je demande cependant l'antériorité concernant les intoxications délétères pour avoir été exposé dès 1948, in utero, à des doses quotidiennes d'estrogènes équivalant, suivant des sources complotistes aux visées suspectes, les seules disponibles, l'Assurance Maladie ayant depuis belle lurette disposé d'archives peut-être compromettantes, des doses valant entre 100 et 500 pilules contraceptives de nos temps plus modernes.
J'invite d'ailleurs Jérome à venir constater sur mes sites que je suis bien plus givré que lui et désire le rassurer sur l'avenir de ses intoxications: ça ne s'arrange pas avec l'âge!

Jérome Rodriguez
Jérome Rodriguez

L'avantage de cette déplorable situation, le seul dont il me faut donc profiter sans compter, c'est que je me sens tout à fait à l'aise pour avancer que la IVe république, et la Ve ont su dès l'origine s'inspirer du Dr Joseph Mengele dont les méthodes continuent de nous être appliquées par des institutions moisies qui nous assènent leurs émissaires dynamiques et bronzés, impénitents thuriféraires du rôle protecteur de l'état envers les dealers autorisés à exercer leur sacerdoce à un jet de pierre de la préfecture avec la bénédiction de la cathédrale, les Happy Few qui se sentent protégés par des automates à leur image et dilapident nos vies parce que ça les arrange d'infliger leur ignominie à toute existence.
Un avantage supplémentaire, mais mitigé, c'est que lorsque l'on tente de me vendre le programme du Conseil National de la Résistance comme l'insurpassable avancée sociale qu'il nous faudrait séance tenante revigorer, ça ne me fait même plus rigoler.
Et si quiconque me prend pour un extrêmiste, j'admets sans peine que quiconque a tout à fait raison et n'imagine sans doute pas à quel point c'est le cas.

Depuis que j'écrivais ceci Jérome Rodriguez a été victime d'un accident peut-être pas complètement accidentel lors des manifestations du 26 janvier à Paris. Sans doute n'avait-il pas lu mon appel et peut-être aussi aurais-je dû sur les 'i' mettre les points de manière encore plus visible. Ces gens qui nous gouvernent sont des criminels qui ne reculeront devant aucune infamie pour continuer de s'empiffrer à nos frais.
Si Jérôme a besoin d'un consultant spécialisé dans la transformation des troubles de la vision en un nectar qui se consomme froid je suis bien certain que, mieux que beaucoup, je sais déjà ce qui par la tête n'est pas près d'avoir fini de lui passer.

Absurde!

S'il n'est plus à prouver que nos aïeux n'étaient pas aussi uniformément Gaulois que le voulait certaine habitude de pensée, il serait temps quand même que l'on reconnaisse que les ancêtres de nos actuels maîtres étaient Francs, venus d'outre-Rhin, salauds d'immigrants. Francs, complètement. Ce que l'on observe sans peine chez leurs descendants qui se font appeler "Nos élus" par les électeurs, "vos représentants" par les journalistes et "leurs" parlementaires par les étrangers. Nos, Vos, Leurs par tout le monde en somme!"