Les anciens aussi, mais c'est pas pareil.

Cela faisait neuf années, depuis que l'ADSL envahit ma campagne en 2007, neuf ans plus ou moins que je n'avais pas regardé une émission de la télé française. Et puis ces temps-ci ça m'a pris et j'ai revu tout ce que je n'avais pas vu, dont j'avais à peine entendu parler, tant les informations de certaines provenances, et toutes sortes de sujets, demandaient à être consommées avec l'infinie modération que commande un large éventail de circonstances.
Ce n'est donc que récemment que j'eus, entre autres le plaisir d'assister à maints épisodes de la campagne présidentielle de 2012 une fois les résultats connus et aprés quatre ans à bien s'imprégner des ineffables succés de la gestion du PS, succédant aux hauts faits de son prédécesseur en matière de je ne sais quoi puisque j'avais cessé de m'y intéresser. Le plaisir également d'assister à la percée de la philosophie et bien sûr des philosophesses et philosophes comme speakrines de choix de la télé à volonté. Et les hommes-troncs continuent d'être assis à foison.
Comme la phrase précédente le prouve j'en ai même profité pour améliorer mon orthographe et mon vocabulaire. Imaginez que je ne savais même pas qu'il faut dire 'une professeure', qu'il est mal venu et peut-être même macho de dire ce que l'on disait qui était en toute certitude l'obstacle majeur au progrés de la condition féminine, dont les défenseuses et défenseurs, enchanté(e)s de savoir si bien confondre la proie avec son ombre, continuent sur cette ferme assise de satisfaire les aspirations bien convenables des bourgeoises et des bourgeois protestataires de l'ignominie de leur condition.
Aprés cette attaque en règle contre je ne sais qui, qui me le fera peut-être savoir, et renseignera sans ambiguïté sur la nature de mes sympathies, quelles qu'elles soient, il est temps de commencer de tirer de cette récente cure de ré-intoxication toutes les leçons qui s'imposent dont la première est que les media changent un peu, mais pas vraiment les sujets traités. L'immigration, le chômage, la crise, les guerres, le péril de l'occident. Il ressort aussi que la manière évolue et que c'est plutôt bien léché, et pour aujourd'hui il ressort enfin que les nouveaux Français m'emmerdent.
Les anciens aussi mais c'est pas pareil.

Prenez Eric Zemmour par exemple, le tragédien des Plateaux avec ses fantasmes de Nation Française hyper-héréditaire enrichie en matières tout à fait allégée d'éléments allogènes, menacée de partout par des pervers polymorphes et Fifi Brin d'Acier, misérable patrie au futur odieusement sapé par l'administration française... mais là je lui donne raison sauf que sa ligne bleue des Vosges ne semble pas contempler le même horizon bariolé que mes Pyrénées; et je ne suis pas sûr que même lui soupçonne la noirceur des intentions malignes de l'une ou l'autre qui finira bien par atteindre ses fins ignobles!
Eric Zemmour m'emmerde; le mec qui a pas fini de débarquer ou peu s'en faut et qui veut déjà que l'on s'entoure d'un fossé pour le protéger des prochains arrivants. Et il m'emmerde d'autant plus que je ne peux m'empêcher de le trouver sympathique et en mon for intérieur le déclarer vainqueur de maintes joutes qui voient s'affronter les gladiateurs désodorisés dans les arènes médiatiques.
Sa mauvaise foi le perdra mais de cette terrible affliction il ne sera ni la première ni la seule victime, et peut-être pas la plus mortellement atteinte, ces lignes faisant foi.
D'autant plus sympa que nombre de ses adversaires ne m'inspirent guère de tendresse et illustrent souvent ce courant intégriste laïque dont se plaignent tant les intégristes religieux qui n'aiment guère voir en liberté se promener leurs concurrents. Miroir! Miroir! Qu'est-ce que t'es moche!

Cette empathie suspecte, veuillez je vous prie le noter, après avoir survolé 'Le suicide Français' de M.Zemmour pendant quinze ou vingt pages et abandonné sa lecture vite fait me demandant 'Mais qui c'est ce fada?'
Et qui sont ces diplômé(e)s qui font de leur mieux pour lui donner raison avec leur bel argumentaire qui démontre si bien le contraire de ce qu'elles-ils veulent prouver, en autant que le spectateur soit vraiment concerné par quelque preuve ou son contraire de si hypothétiques enjeux presque aussi âprement défendus que des parts de marché par les divers fonctionnaires, consultants et prestataires de Pensée.
Mais pourquoi le fada en question est-il le seul à remettre en question le cosmopolitisme de la jet set défendu par M. Attias pour ce qu'il est, le tourisme de masse des riches qui, comme ne l'a pas compris Eric Zemmour (ne serait-il populiste qu'à moitié, parqué dans les couloirs express de la classe business?), n'ont pas à s'attarder dans les aéroports, la limousine-brousse de qui voyage en classe affaire ayant tôt fait de les en délivrer, et délivrer est le mot, comme 'cauchemar climatisé' est ce de quoi elle libère, pour leur permettre d'explorer le terrain sans se mouiller les pieds.
Comment se fait-il que de toutes ces belles âmes il soit à peu prés le seul à parler des 'pauvres' et pas seulement de problématiques variées dont se délectent les diverses pipelettes anti-populistes parisiennes? Sans distinction de sexe, bien sûr!
Eric Zemmour et sa Nation Française, une enclave du passé conçue comme si l'bon vieux temps devait décidément d'autant plus durer qu'il n'a jamais existé.
Eric Zemmour nous arrive d'Algérie... enfoiré de Maghrébin, de Berbère, de Juif ou de Bédouin, d'Arabe, de Kabyle ou de Pingouin! [Nota Bene: 2e degré, 3e pour la rime.]

Et c'est pas le seul, et il y a pire. Des Hongrois, des Polonais, il y a même un Catalan. Un Catalan! Et ceux-là je les connais bien, l'étant moi-même et depuis longtemps. De la Marche d'Espagne, comme on disait dans le temps, d'une région frontière et qui peut témoigner qu'il n'y a pas plus inquiété par l'immigration qu'un immigrant de première génération. Avant même de savoir parler Français ils n'ont aucune peine à répéter les conneries qu'ils pensent devoir dire pour disparaître en paix dans la silencieuse majorité qui des espérances de nos aïeux quotidiennement ravive les feux.

Ben quoi? Moi aussi je sais faire des phrases. Comme cet Autre, la morgue sentencieuse à jamais traumatisée en sa bavarde guerre froide contre l'ennemi intérieur indifférencié, lui à qui tout le monde doit et que personne n'a payé. L'art de penser moche et de ne pas s'entendre s'écouter parler.
C'est bien sûr d'Alain Finkielkraut que je parle; cette nouvelle gloire de l'académie française. Il y a des choses qui ne changent jamais! On ne se lasse pas de la componction qui noircit la page et alerte la nation du sinistre complot des allégences partagées, comme Français, Juif et Polonais; ou verbeux, morbide et compassé!

Et sincères félicitations à cette prof d'anglais, Wiam Berhouma d'avoir su garder la parole, contre philosophe et journaliste, pour délivrer son soufflet, 'Taisez-vous M.Finkielkraut'. Quelle maîtrise! Je ne sais d'où elle nous arrive, mais on devrait décorer ses parents pour services rendus à la république. Et pour faire plaisir à MM. Finkielkraut et Zemmour, satisfaire toutes leurs inquiétudes en leur donnant raison, et l'année prochaine l'élire Présidente.
Wiam Berhouma Au lieu de quoi 'rapidement, des internautes vont alerter sur les liens de cette enseignante avec le Parti des Indigènes de la République. Encore une fois, le téléspectateur n'a pas eu tous les éléments en main pour comprendre le parti pris de l'intervenante - Marianne.net 22/01/2016', ce qui est tout à fait nouveau sous le ciel de la république, 'unheard of' pourrait dire cette prof.
Pourquoi n'accuse-t-on pas de complotisme hystérique les abrutis insinuants qui s'indignent que d'autres qu'eux aient une opinion et s'en servent, quoi que par ailleurs pense Wiam Berhouma, et dont je ne préjuge pas!

Et pis y'a l' revenant, le Retour!
Qui prend les Français pour des cons, qui ne s'étonne pas que ça marche; qui s'étonne que ça ne dure pas, on se demande pourquoi. Un si fin politique!
Quoique... en y repensant... on va avoir besoin d'un homme providentiel sous peu... pourquoi pas lui? L'an prochain il nous faut un président et on en a un sous la main, disponible, déjà formé, prêt à prendre le relais de l'employé précédent sur la chaussée des géants.

Je plaisante; mais qui allons-nous devoir nous farcir pendant la prochaine période de cinq ans qui nous changera la vie, comme avant! Cette vie qui se décide loin d'ici et dans une autre langue... Et, parlant des USA... j'ai pas causé du Catalan.

Lui j'arrive pas à le nommer, de fait je l'appelle MLM, j'ai honte! Au nom des Catalans Vieille France, certifiés inassimilables, il est de mon devoir de présenter mes excuses à l'ensemble des Français. Je voudrais pouvoir garantir que ça ne se reproduira pas mais peut-être le mal est-il déjà fait; vraiment désolé.
Pourquoi ne s'est-on pas renseigné avant de le mettre à sa place? Pourquoi ne m'a-t-on pas demandé, pour une fois? Pour une rémunération trés raisonnable j'aurais pu conseiller! C'est que je les connais bien les gens de Barcelone! Tout juste bons à peupler les alpages en hiver et, l'été embouteiller le boulanger. Sans compter que c'est peut-être un de ses ancêtres qui emprisonna mon grand-oncle quand, dans les années 20 du siécle écoulé, il manifestait, déjà Français et, très normalement aussi, emmerdeur patenté, sur les Ramblas contre la dictature de Primo de Rivera.
Mais douze mois par an, c'est sans précédent! Fricotant avec un Normand qui, lui, mine de rien, fait comme s'il venait du Massif Central. Vous trouvez pas ça louche? Peut-on vraiment en vouloir à Eric Zemmour de parler de suicide généralisé, de se délecter à l'avance des guerres civiles qu'il promet... et vouloir terminer à sa manière la bataille d'Alger. C'est sûr qu'avec lui les Paras de Massu auraient gagné! )

Nonobstant ces considérations mesquines et revenant à nos Catalans, aux Barcelonais, les parisiens de Catalogne; considérant les voies diverses et périodicité de leurs transhumances, une légende locale soutient mordicus que leur flux et reflux saisonnier, maquillés en sports d'hiver et tourisme climatique, ne trompent personne et de fait coîncident avec les mouvements de la VIe flotte en Méditerranée et les migrations qu'ils imposent aux populations riveraines de notre mer commune bourrée d'étrangers.
Dont certains qu'effraient les hordes barbares du Midi encenseront Celtes ou Slaves, quand d'autres, plus anxieux de plaire, souffriront à jamais, de quelque ethnie qu'ils viennent, de la malédiction du Juif errant, le veuf, l'inconsolé... qui réduira à sa manière ses propres barbares en esclavage, comme l'histoire l'a montré (l'histoire étant en général affectée du coefficient de véracité le plus propre à prouver ce que l'on croit déjà, la linguistique vient à la rescousse, le mot 'esclave' vient du latin médieval 'sclavus'; bien des Slaves, et surtout les païens parmi eux, ayant été réduits en esclavage au moyen Age, par les Vikings, les Musulmans et peut-être les Juifs à Venise ou Byzance. Sans oublier la loi du marché et son engagement séculaire au service de la liberté).

La troisième tendance illustrant les légitimes suspicions de ces nouveaux Français tracassés; de fait ma propre appartenance, ce que je ne vous confie que sous le sceau du secret, en étant encore à espérer que ma propre descendance coiffera les deux siècles d'ancienneté, cette mouvance sérieusement soupçonne, en vertu d'une sagesse ancienne qui coiffe elle sans peine l'origine des nations, soupçonne disais-je, que ce ne serait pas la première fois dans l'histoire de mes confins que Rome s'essaye à faire avaler à ses voisins quelque traité qui favorise le commerce et l'extension de son parc immobilier, grâce à quelque pion artistement placé.
Et savez-vous qu'au XIVe siècle, de 1311 à 1388, des Catalans occupèrent Athènes. Remarquez, je conçois presque qu'à la Catalogne l'on puisse préférer l'Attique... mais Paris?

Ce qui finit d'établir irrémédiablement qu'ils sont fous ces immigrants et qu'Eric Zemmour a bien raison de se faire du souci, ça lui fait passer le temps, et en plus ça lui rapporte de l'argent, décidément il a bien raison (féminin singulier) de s'en faire, avec ce que nous prépare qui sait qui dont tout un monde ne saura se remettre.
Et, pitié, surtout pas un Catalan, et surtout pas de Barcelone, ou je m'engage dans la marine, malgré les ans!

Les Grandes Réformes de la Ve: Simplification du Code du Travail

Dialogue social: F... you!
A la demande du premier ministre le patronat fait un geste à destination de ses salariés et des travailleurs périphériques mal reconnus par le système d'exploitation.

Le ministre déclare et le cabinet confirme, l'académie ayant délibéré, que le dialogue social aurait dorénavant comme langue officielle le latin. Au syndicat de l'éducation s'inquiétant déjà de la pénurie de professeurs en cette matière qui risquait d'entraver le processus démocratique, le ministère fait savoir qu'une augmentation du nombre d'enseignants ne serait pas nécessaire, au programme des échanges n'étant inscrit qu'un seul mot en langue romaine: "Amen"

Absurde!

S'il n'est plus à prouver que nos ancêtres n'étaient pas aussi uniformément Gaulois que le voulait certaine habitude de pensée, il serait temps quand même que l'on reconnaisse que les ancêtres de nos actuels maîtres étaient Francs, venus d'outre-Rhin, salauds d'immigrants. Francs, complètement. Ce que l'on observe sans peine chez leurs descendants qui se font appeler "Nos élus" par les électeurs, "vos représentants" par les journalistes et "leurs" parlementaires par les étrangers. Nos, Vos, Leurs par tout le monde en somme!"

Wall Factory Menu