Article Index

Les élections municipales 2008 approchent, quel plaisir!

Vache à Are

J'ai trouvé ce midi dans ma boîte à lettres un tract, signé d'un résident du village, intitulé "Informations sur le conseil municipal de la commune d'Are", dans lequel la mairie est qualifiée "d'autocratie" en raison de l'absence d'opposition.
Le citoyen en question en a de toute évidence gros sur la patate, mais est-il dans le vrai? Are, commune de 613 habitants en Cerdagne, région du sud des Pyrénées, en France néanmoins, et ses habitants, surnommés "bitoïnes" pour quelque obscure raison, vivent-ils sous la férule d'un dictateur et de ses sbires?

Aprés tout cette absence d'opposition pourrait aussi bien être le résultat d'une unanimité sur la manière d'envisager la gestion municipale; hypothèse peu plausible je l'admets mais qu'il faut bien évoquer, au nom de la logique d'abord, mais surtout pour le cas où l'opposition déclarée et non représentée de certains n'en serait une qu'en apparence et relèverait davantage de querelles de clocher que de conceptions vraiment divergentes.
Comment savoir?
Comme toujours en pareil cas, dans le doute vers la montagne Cerdan porte ses pas; à Are précisément j'ai pris le chemin de Nuria, à la recherche du mage du Sola pour éclairer ma lanterne, pour apprendre ce qui cloche ou ne cloche pas. Je l'ai trouvé pas loin, lézardant sur la lande; ayant entendu mon interrogation il me répondit, pour une fois pensai-je, sans ambiguïté.

MarmotteMarmotte dans la vallée d'Are

"Le maire d'Are, dit-il, ne peut pas être un autocrate parce que, tout bonnement, d'abord il ne fait pas de politique et ensuite parce qu'il a été élu. Or 'autocratie' fait référence à un système politique qui n'a pas pour trait le plus voyant un système électoral relativement démocratique comme celui des gaulois ... des français, excuse-moi!"
"Que je sache, continua-t-il, d'aprés ce que sifflent les marmottes, le maire, à Are, ayant été élu, fût-il le pire des démocrates, ce qui ne se peut d'ailleurs pas, puisque, je le rappelle, il lui faudrait pour cela faire de la politique ce à quoi, de son propre aveu, il ne se risque pas... le pire des démocrates, ce qui ne se peut donc pas, mais un autocrate: en aucun cas.
"D'ailleurs, au meuglement harmonieux des ruminants sur la plaine, je connais pour certain que le gouvernement de la boucherie satisfait pleinement les étables!"

La France, ai-je entendu dire, culpabiliserait d'avoir coupé la tête de son roi aux temps héroïques de la révolution. Et j'ai même entendu certains avancer que pour expier cette ignominie la meilleure preuve de repentance, devant l'histoire et la communauté internationale, serait de guillotiner un président. Ou deux, ou trois; depuis 1793 ça en fait des intérêts composés! Et les économies qu'on ferait!

Les Grandes Réformes de la Ve: Simplification du Code du Travail

Dialogue social: F... you!
A la demande du premier ministre le patronat fait un geste à destination de ses salariés et des travailleurs périphériques mal reconnus par le système d'exploitation.

Le ministre déclare et le cabinet confirme, l'académie ayant délibéré, que le dialogue social aurait dorénavant comme langue officielle le latin. Au syndicat de l'éducation s'inquiétant déjà de la pénurie de professeurs en cette matière qui risquait d'entraver le processus démocratique, le ministère fait savoir qu'une augmentation du nombre d'enseignants ne serait pas nécessaire, au programme des échanges n'étant inscrit qu'un seul mot en langue romaine: "Amen"

Absurde!

S'il n'est plus à prouver que nos aïeux n'étaient pas aussi uniformément Gaulois que le voulait certaine habitude de pensée, il serait temps quand même que l'on reconnaisse que les ancêtres de nos actuels maîtres étaient Francs, venus d'outre-Rhin, salauds d'immigrants. Francs, complètement. Ce que l'on observe sans peine chez leurs descendants qui se font appeler "Nos élus" par les électeurs, "vos représentants" par les journalistes et "leurs" parlementaires par les étrangers. Nos, Vos, Leurs par tout le monde en somme!"