Pour l'heure et jusqu'à ce que celle-ci soit passée Olé! en collaboration avec l'institut de sondage FBC (Fondamentaux du Bourrage de Crane) suivra pour vous les dernières... prochaines élections, les unes ou les autres, ou les deux à la fois.
Ce matin à la une, à la gauche et au programme, primaire par ci, primaires par là. Hypothétiques primaires que l'on peut en toute certitude placer au second rang de nos préoccupations, voire plus bas, sans crainte de rater quoi que ce soit

Le futur dévoilé, à peu de frais.

L'élection présidentielle à venir, comme toutes celles qui l'ont précédée, va bouleverser notre destin, vendre salive, décibels et papier et préparer la remise de récompenses et distribution de prix divers aux heureux gagnants, faire passer le temps qui passe et remettre en cause les acquis immérités des secteurs du peuple qui ont le moins gagné, et gagneront donc moins, quoi qu'ils votent, à être, une fois de plus si bien représentés.
Notre logiciel maison en mode communication instantanée, opére un nombre renversant de calculs à une allure tout à fait accélérée et vous livre sous forme épistolaire, certifié par l'Institut d'Hypnose Collective, département de Télépathie Cognitive, le profil type du sondé qui grâce à notre algorithme de synthèse n'est plus insondable qu'au passé.
Chers clients et autres abonnés, après de multiples consultations d'un échantillon ne représentant rien ni personne mais affecté d'un indice élevé de probabilité (quotient de Voeux-Pieux et al 2013; éditions du Songe-Creux 2015), voici donc ce que pense le pékin moyen de ce qui lui pend au nez, et ce qu'il compte en faire.

Madame Irma et l'avenir du Conseiller général de Corrèze

Mon pauvre François, Si tu espères que je vais voter pour toi, je crains par la présente devoir te détromper. Met ton espoir ailleurs, dans mes poches il dépérirait. Cependant comme je suis bon gars, pour te consoler, pour ne pas te traumatiser, pour que tu ne te sentes pas menacé, que je ne passe pas pour un insolent, un irresponsable ou pis que ça, pour relativiser, quoi! je dois aussi te dire que de toute manière je ne vote pas. Mais cette fois-ci quand même il faut que je précise que c'est vraiment pour toi que je n'irai pas voter.
Voilà, Tu ne pourras pas dire que je ne te l'ai pas dit. Je t'ai assez vu. Marine par ci, marines par là, Obama, la Kippa...
Et les barbelés de Gaza? Ils ne te gênent pas quand tu tombes dans les bras de leur commanditaire? Cela te laisse-t'il froid d'aller en compagnie semer la zizanie au Proche-Orient et de fermer l'Europe aux réfugiés de vos basses manoeuvres?
Cela ne m'étonne plus, je me répète, depuis longtemps déjà. A quand une petite base américaine pour créer des emplois?

Dans tous les cas les catastrophes promises ressemblent tant au quotidien que je connais bien, à la réalité de chaque jour, que je ne puis que m'émerveiller de la maestria démontrée par nos gouvernants, dont toi bien sûr, tout spécialement toi et ton inqualifiable parti, depuis bien des lustres dans l'art de nous gérer, l'art de persuader le gogo que les sornettes protègent sans faillir des vents et marées.
C'est un peu normal d'ailleurs, à l'école de la république n'a-t-on point eu le temps d'apprendre dans le plus fin détail la meilleure manière de nous faire avaler la prochaine mesure bourrée de sagesse et d'efficacité pour que, de préférence, elle ne nous reste pas tout à fait en travers du gosier.

[Il semble qu'ici le logiciel se heurte à une difficulté, notre équipe se penche sur le problème, restez branchées pour découvrir bientôt, ici-même l'avenir du passé]

Les Grandes Réformes de la Ve: Simplification du Code du Travail

Dialogue social: F... you!
A la demande du premier ministre le patronat fait un geste à destination de ses salariés et des travailleurs périphériques mal reconnus par le système d'exploitation.

Le ministre déclare et le cabinet confirme, l'académie ayant délibéré, que le dialogue social aurait dorénavant comme langue officielle le latin. Au syndicat de l'éducation s'inquiétant déjà de la pénurie de professeurs en cette matière qui risquait d'entraver le processus démocratique, le ministère fait savoir qu'une augmentation du nombre d'enseignants ne serait pas nécessaire, au programme des échanges n'étant inscrit qu'un seul mot en langue romaine: "Amen"

Absurde!

S'il n'est plus à prouver que nos ancêtres n'étaient pas aussi uniformément Gaulois que le voulait certaine habitude de pensée, il serait temps quand même que l'on reconnaisse que les ancêtres de nos actuels maîtres étaient Francs, venus d'outre-Rhin, salauds d'immigrants. Francs, complètement. Ce que l'on observe sans peine chez leurs descendants qui se font appeler "Nos élus" par les électeurs, "vos représentants" par les journalistes et "leurs" parlementaires par les étrangers. Nos, Vos, Leurs par tout le monde en somme!"

Wall Factory Menu